Samedi 8 septembre 2007 à 15:48

viens sous l'égide de mon coeur (1994)

viens sous l' égide de mon coeur, car je suis entiché de toi

et surtout , n'est pas peur, je suis de bonne foi

je suis , ce grand coeur solitaire, oh! ce coeur sans escorte

qui par un soir d'hiver, vient frapper à ta porte

soudain , tes larmes coulent, sur tes joues

ce ne sont pas des larmes de crocodile

mais des larmes qui avouent,que ma présence est forte utile

et ce soir, sous l'égide de mon coeur, c'est pour toi, un immense bonheur

  (déposé à la sacem)

 

Samedi 8 septembre 2007 à 15:27

rêve sidéral (1994)

sur un nuage , je vais, je visite la galaxie

le ciel est éclairé,par la dame de la nuit

au coeur des étoiles,je fais le grand voyage

dans un rêve idéal,sur mon petit nuage

la dame de la nuit,ne cesse de me dire

qu'elle passe toute sa vie,à me faire des sourires

je la croise souvent, dans mon rêve sidéral

sur ce petit nuage blanc, qui évite les étoiles

je voyage , dans le temps, et elle me suis toujours

même si tempête ou vent, viennent sur mon parcours

   ( déposé à la sacem)

 

Samedi 8 septembre 2007 à 15:21

la lune (1994)

elle avait son sourire, je l'ai vu , l'autre soir

avant de m'endormir,je lui ai dit , bonsoir

et puis, à mon réveil,elle avait disparu

tout les soirs , je surveille, sa nouvelle venue

elle n'est jamais pareille, demi, pleine ou croissant

parfois , avec le soleil, elle s'éclipse un instant

elle s'appelle la lune et fait la une du ciel

elle éclaire les étoiles et souvent , je l'observe

elle vient dans mon sommeil

où , je coure la nuit, sur un chemin de terre

elle vient dans mon sommeil, au coeur de la nuit

son sourire est merveille, la lune est si jolie

  ( déposé à la sacem)

 

Samedi 8 septembre 2007 à 15:13

la tortue (1994)

sous sa carapace, elle va la tortue

dans le jardin , elle passe, elle nous vole nos laitues

les salades disparaissent, et la tortue aussi

elle ne laisse pas d'adresse, elle se fait des ennemis

sous sa carapace, tranquile et lentement

la voilà qui repasse,avec l'air innocent

mais nous la guettons, maintenant

  déposé à la sacem)

 

Samedi 8 septembre 2007 à 15:09

le prisonnier (1994)

je suis sur une chaise,la sueur coule de mon front

je me sens pas à l'aise,entre les murs de la prison

dans la céllule , j'attends,mon coeur palpite

la justice a rendu son jugement, la corde tout de suite

j'ai volé de l'or , la justice m'a pris

le peuple veut ma mort, j'attends d'être puni

bientôt , je serai pendu,la foule viendra me voir

oh! je me sens perdu,trop courte est mon histoire

mon idole est le Kid , j'ai volé moins que lui

je vais mourir sans ride, ainsi s'achève ma vie

jeune voleur, prisonnier, pour moi , vient l'heure du condamné

   ( déposé à la sacem)

Vendredi 7 septembre 2007 à 10:50

bonjour !! à celles et ceux qui viennent faire un tour sur mon blog

et voici 49 poémes recopiés, écrits entre 1990 et 1994 , allant de "y'en a qui" à "la

belle indienne" . Je vais maintenant  entamer la suite de mon univers poétique avec des poémes

composés entre 1994 et 1997 / CARNET POETIQUE  regroupe 197 poémes commençant par "le

prisonnier" et finissant par " un coeur de porcelaine" / je vais donc tranquilement  les ajouter sur mon

blog, dans ce temps qui défile au coeur de nos humaines vies .

où que vous soyez dans ce monde , sur cette terre , où ailleurs , je vous remercie de vos visites sur

mon blog , vous souhaitant un plein de belles créativités , un plein de bonnes humeur souriantes

et un plein de projets de vies   bye !!

                                       Autres rimes / Emmanuel

Vendredi 7 septembre 2007 à 10:30

la belle indienne (1994)

entends tu , le tambour qui t'appelle au milieu de la prairie

son rythme me rappelle, celui de la charge de la cavalerie

entends tu, non loin de la vallée, l'eau qui coula autrefois

les rapides endiablés et les coups des colts de la loi

entends tu , aussi courir les bisons

malgrè le sol recouvert de béton

oh! toi , la belle indienne ,que sais tu de ton passé

tes ancétres se reposent , sur ce sol bétoné

oh! toi la belle indienne, que sais tu de ton passé

avec ton visage de rose et ton joli collier

oh! ton sourire d'indienne , je m'y attache

je n'aie pas dans mes veines , le sang appache

j'ententds le tambour qui m'appelle vers l'amour

loin de ceui de la charge de la cavalerie

oh! toi la belle , ce soir tu ne me laisse pas choir

quand apparait la nuit , pour moi , tu ôte ton habit

  ( déposé à la sacem)

 

 

Vendredi 7 septembre 2007 à 10:20

l'idéal est au delà des mots  (1994)

il avait croisé dans la rue

elle a suivi cet inconnu, qui lui a dit

j'adopterai ton regard, dans la lumière du soir

j'apprivoiserai ton coeur, dans ma modeste demeure

tu verras que l'amour, va plus loin qu'un regard

tu verras que passion et bonheur vont ensemble

nous prendrons le temps de nous connaitre mieux

pour que l'amour, jamais ne cesse

demeure serieux et solide comm' une forteresse

et pour toujours, entre toi et moi

il y'aura , ce bel anneau au doigt, mon amour

tu verras que l'idéal est au delà des mots

il va avec le temps

oh! tu verras cet idéal grandir dans les jours à venir

oh! tu verras cet idéal embellir notr' éternel amour

il lui a dit toutes ces belles phrases

pour que leur amour soit extase

confiance et harmonie, ensemble pour toute la vie

 (déposé à la sacem)

 

 

Vendredi 7 septembre 2007 à 10:11

adieu soldat (1994)

tu as claqué des dents , soldat

devant le peloton d'éxécussion

et ma chanson , parle de toi

toi  qui , sous les balles de plomb

d'une raffale de fusils est tombé ce matin

tu n'avais ni la force, ni la foi

tu n'avais pas , le coeur d'un soldat

toi ,condamné pour un rien

ah! ces hommes qui fusillent dès le 1er jugement

je les hais pour longtemps

ils t'ont éffacé de la grille , des hommes libres ,bien vivants

et j'apprend ton innocence

adieu soldat, mort pour une trist 'erreur

je porte sur ta tombe des fleurs

adieu soldat

  ( déposé à la sacem)

 

 

Vendredi 7 septembre 2007 à 10:04

chasseur de primes (1994)

chasseur de primes, caché au fond d'une planque

attend la bande à Jim, les grands pilleurs de banques

les colts à la ceinture, le fusil à la main

chasseur à l'aventure, sur divers chemins

chasseur de primes , tu cours après la bande à Jim

armé jusqu'aux dents, tu tires à bout portant

qu'en t'as fini un travail,tu touches la récompense

tu prends ton cheval , tu suis les rails

une autre affaire commence

chasseur de primes, tu as coffré la bande à Jim

la foule attend devant la prison, l'annonce des pendaisons

et toi dans la vallée , tu vas,sur ta belle monture

beaux pistolets tu as autour de ta ceinture

 ( déposé à la sacem)

 

 

<< Page précédente | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | Page suivante >>

Créer un podcast