Vendredi 14 septembre 2007 à 9:52

le passager clandestin   (1995)

perdu dans des catacombes,des années de cauchemard

enfin, sur une issu, il tombe, la sortie reste dans le brouillard

loin d' étranges souterrains, il marche le long d'un port

un bateau n'est pas loin, il s'y glisse en son bord

voyageur sur la mer, passager clandestin

finira par être découvert, par deux marins

il sera jeté à fond de cale, pour le reste du voyage

le confort est peu idéal, restreint devient le paysage

A l'heure de la première escale, il pourra s'évader

poursuivant sa cavale en bravant d'autres dangers

  (déposé à la sacem)

 

Jeudi 13 septembre 2007 à 21:12

les regards philosophiques  (1995)

" tout homme entrant dans l'anomie , dépasse les limites de la loi

il risque les ennuis en choisissant son choix "

 

tout homme qui se pose des questions, va sur le chemin de la connaissance

s'il cherche la réponse à sa propre ignorance "

 

là où se dévoile l'iréel , il y'a toujours une conclusion logique

que l'homme peut prouver "

 

" tout raisonnements, faits et gestes habituels de tout êtres

ne restent pas éternellement  les mêmes, ils changent un jour ou l'autre "

 

le reflet du miroir renvoie à l' homme, l'image qu'il vit dans l'instant présent "

 

" le néant sort bien de quelque part, mais comment connaitre son origine ? "

 

" c'est dans le chemin intèrieur de l'homme

que se cache le regard rêveur et poétique du romantisme "

 

" le rêve est pour l'homme , un instant d'évasion

qui peut se finir au lever du jour, ou se prolonger et devenir réalité "

  ( déposé à la sacem)

 

 

Jeudi 13 septembre 2007 à 21:00

un petit vent de la vie  (1995)

passe un petit vent de la vie

le monde lui sourit, sur son passage

et ce petit vent s'enfuit

vers d'autres paysages

loin du vent du midi, l'aquilon anordi

   ( déposé à la sacem)

 

Jeudi 13 septembre 2007 à 20:58

la serviette de bain (1995)

comme tu es douillette, déjà de bon matin

toi, la serviette, la serviette de bain

je t'apprècie,  à sortie de la douche

lorsque j'éssuie la tête, le corps, la bouche

douce et moëlleuse ,tu es là

bell' et heureuse, tu sèches mes bras

quand tu n'es plus propre, je te jette

dans le panier de linges sales

oh! toi ; la serviette, ta douceur est idéale

  ( déposé à la sacem)

 

Jeudi 13 septembre 2007 à 20:35

le jardin des souvenirs  (1995)

il est un lieu , où les gens vont pour se recueillir

il est un endroit,  où les femmes et les hommes vont prier et dire

des mots, pour ceux qui viennent de partir

ce lieu humble et discret, qui se laisse fleurir

est un lieu de repos

les gens vont garnir, les silencieux tombeaux

dans la tranquillité, grand respect

ce lieu accueille l'homme après son départ

dans la profonde paix , viendra le deuil

se fera l'heure de l'au revoir

et si les larmes de ceux présent, ne peuvent se retenir

qu'elles coulent avec peine et regret

elles n'ont aucune honte à avoir

elles peuvent jaillir,

 dans le jardin des souvenirs, vient l'instant du bel au revoir

l'homme , nous laisse sa mémoire

   déposé à la sacem)

 

 

Jeudi 13 septembre 2007 à 20:27

la momie  (1995)

avec des années passées, tu as pris de l'age

toi qui, autrefois fus  embaumée, puis mise au fond d'un sarcophage

toi, la momie; tu n'a pas changé, avec le temps , tu as traversé

les années, au fond de ton lit douillet

devant l'unique piéce où tu vis, je te découvre , toi la momie

enveloppée de beaux draps parfumés, tu restes, une merveille du passé

se referme , devant mes yeux, le toit de ton grand lit

je fus heureux, de cette brève rencontre, avec toi la momie

  ( déposé à la sacem)

 

 

 

 

Mercredi 12 septembre 2007 à 21:12

le chemin d'un nouveau départ  (1995)

il n'est jamais trop tard

pour trouver le chemin, d'un nouveau départ

avec la vie qui dure

il faut se construire une bell' armure

il faut avoir sur le dos , une solide carapace

avec le temps qui passe

( déposé à la sacem)

 

Mercredi 12 septembre 2007 à 21:09

le damoiseau  (1995)

il est un gentilhomme masqué et revêtu de noir

qui joue les chevaliers, le soir

en quète de vérité, avec un groupe d'amis

ils traquent , les comploteurs de la nuit

ensemble , ils déjouent les conspirations dilatoires

ces vers content , leurs histoires

plus d'un sont tombés dans leurs pièges, ils rêvent de revanches

ils n'auront jamais le privilège, d'une seconde manche

emprisonnés à vie, ils resteront dans l'oubli

ce jeune gentilhomme masqué, poursuivra sa route

allant au secour des gens, courant de grands dangers

sa double vie reste un secret, entre lui et ses fidèles alliés

la nuit , il joue les chevaliers masqués

le jour , il redevient un damoiseau discret

   ( déposé à la sacem)

 

Mercredi 12 septembre 2007 à 20:43

les mots du coeur (1995)

les mots du coeur, mal dit , font la douleur

les mots du coeur , bien dit,  mènent au bonheur

les chemins sont différents , ils se séparent avec le temps

avant que n'éclate en colère, l'orage d'une guèrre

elle est venue , l'heure ou non pas changer de sens

voici l'heure de nos différences

partons, avant les maux qui resteraient au fond de nos peaux

partons, en restant bons amis

ne nous retournons pas, le dos en ennemi

A tous , il reste un long chemin,chacun gardera le sien

pour tous, il y'a l'avenir,un nouvel élan à franchir

 ( déposé à la sacem)

 

Mercredi 12 septembre 2007 à 20:32

l'observateur  (1995)

assis, au bord de la plage, je suis l'observateur

le ciel breton est sans nuage, octobre, se fait douceur

loin, mes yeux s'évadent, sur ce bleu idéal  infini

les mouettes font leur baignade, à l'approche de midi

je suis l'observateur, qui profite de l'air marin

midi, sonne son heure,le repas n'est pas loin

assis, au bord de la plage,avant l'heure du départ

hier, fut le retour d'un mariage

voilà midi et quart,je quitte, le sable breton

retourne vers ma maison, repas, départ et voyage

s'éloigne, la belle plage,sur la route du retour

je passe prés du Mont Sr Michel

je n'y ferai pas un détour,de loin la vue est belle

la route défile, sous mes yeux, le sol breton est loin de moi

j'observe tout ces lieux, la voiture va

puis, fini mon voyage, changement de paysage

me voilà sur le sol picard, il n'est pas encore tard

 ( déposé à la sacem)

<< Page précédente | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | Page suivante >>

Créer un podcast