Mardi 11 septembre 2007 à 14:48

oh! vous musique (1995)

je suis vigilent , attentif à votre égard

je suis prèsent , au fond de votre vif regard

douceur et non virulence, fait le bonheur de notre histoire

votre charme n'a pas d'égal, il est pour moi , telle importance

quand vos airs romantiques s'installent

je vis l'instant, sous le signe d'un bonheur intense

loin du bruit et de la violence,vous m'inspirez , confiance

oh! vous musique, dans vos bras,tendrement , la vie est belle

oh! vous musique, que je cottoie, régulièrement, notre amour est fidèle

  (déposé à la sacem)

 

Mardi 11 septembre 2007 à 14:41

l'aventure romanesque  (1995)

au coeur d'un site pitoresque, il y'a une aventure romanesque

sur sa belle monture, va , la fille d'un roi

avec sa longue cheveulure,elle mène son cheval, au pas

elle s'en va retrouver, un autre cavalier, dont elle est sa dulcinée

promise à cet humble chevalier, beau mariage il y'aura

en été , dans la cour du roi

  (déposé à la sacem)

 

Mardi 11 septembre 2007 à 14:36

je voudrai voir la terre  (1995)

je voudrai voir la terre, et quitter mon bateau

je voudrai laisser cette mer, qui agite ses eaux

je voudrai quitter ses courants, ses hautes vagues furieuses

son sale temps, ses tempêt' orageuses

je voudrai voir la terre et ses jolis villages

j'aimerai quitter le sol de la mer, pouvoir échouer sur une plage

j'aimerai voir , ce jour arrivé, celui qui recule sans arrêt

car à la fin , je vais craindre, de ne pouvoir jamais l'atteindre

oh! s'il coule mon bateau, direction le cimetière marin

le fond de l'eau, la terre est loin, et s'il chavire mon coeur

devant l'image du bonheur, que reflète , la dame de la mer

je devrai dire adieu à la terre

je voudrai voir la terre, oh! toucher la nature

je voudrai voir la terre, cesser ce voyage qui dure

c'est par un jour ensoleillé,que j'ai atteind une plage

je croyais rêver, je songeais au mirage

  (déposé à la sacem)

 

 

 

Mardi 11 septembre 2007 à 10:29

dors bien , la nuit est là  (1995)

dors bien , la nuit est là, dors, elle te bercera

ce soir tes paupières fatiguées ne veilleront pas

tu peux dormir tranquillement, toi dont le regard est silencieux

tu peux dormir dès maintenant, vas y fermes tes petits yeux

tu es si calme, dans la nuit,dormant autour de tes amis

tu es si bien au fond du lit,toi qui ne veilles pas , petit

alors que les grands s'attardent, tu dors paisiblement

alors que les adultes bavardent, tu rêves du monde des grands

passent les nuits, passent les jours, à grandir, loin de ta jeunesse

te voilà un homme aujourd'hui, passe la vie, passe l'amour

de désirs , de promesses,te voilà un homme aujourd'hui

  ( déposé à la sacem)

 

 

Mardi 11 septembre 2007 à 10:21

dans la solitude d'un soir  (1995)

dans la solitude d'un soir où l'orage gronde

l'intant est rude , l'instant est noir

loin de la ronde où juste deux mains se tiennent

il reste seul au monde avec pour seule amie , la peine

dans la solitude d'un soir, il na plus les nerfs d'acier

car elle part, son coeur aura du mal à l'oublier

dans la solitude d'un soir, vont les souvenirs

dans la solitude d'un soir, les larmes vont venir

  (déposé à la sacem)

 

Mardi 11 septembre 2007 à 10:16

le chomeur  (1995)

le bonheur te répond quand tu l'appelles

toi, qui ne dors pas sous les ponts, ni aux portes des chapelles

mais voilà qu'il décide, un beau jour de partir

te laissant le vide , le dehors pour l'avenir

d'un bonheur perdu, tu n'acceptes pas

d'être dans la rue et de devoir compter uniquement sur toi

stupide engrenage où si vite tu t'es noyé

tu quittes l'habituel paysage de ton tendre passé

harassé de fatigue, dépourvu d'enthousiasme

tu navigues loin de tes rêves, de tes fantasmes

tes voyages sont remis à demain,si le futur,  le veut bien

aujourd'hui, tu n'as plus rien, tu mendies un peu de pain

ton visag' est devenu fade,tes yeux trainent la tristesse

le bonheur n'est plus ton camarade, il te délaisse

tu rêve donc des beaux jours,attendant, l'heure meilleure

toi qui est devenu chomeur

 (déposé à la sacem)

 

 

Mardi 11 septembre 2007 à 10:07

encore un jour  (1995)

encore un jour, qui trouve sa place

encore un jour, qui vient , qui passe

le temps ne s'éternise pas,avec les jours , il va

le temps n'attend guère, avec les jours , il erre

encore un jour, et puis un autre qui coure,loin, du jour d'hier

encore un jour, un jour long ou s'attarde la lumière

loin de ces jours ou le froid, nous annonce l'hiver

loin de ces jours courts ou le feu brule dans toutes les chaumières

encore un jour , ou la nuit est ailleur, et mai ce fait douceur

  ( déposé à la sacem)

 

 

Lundi 10 septembre 2007 à 20:17

je suis là à l'heure ou va poindre le jour (1995)

je suis là à l'heure ou va poindre le jour

j'ai rendez vous avec le fraicheur matinale

et les gouttes de la rosée qui brillent au lever du soleil

je suis là à l'heure ou va poindre le jour

j'ai les yeux face aux doux pétales d'une fleur qui s'éveille

je suis là à l'heure ou va poindre le jour

dans l'instant amical du sourire d'une fleur

qui s'épanouie aux premières lumières

les oiseaux chantent aux alentours

la nature sent bon le printemps

a point le jour au soleil levant

la nuit aura son tour, au soleil couchant

 (déposé à la sacem)

 

Lundi 10 septembre 2007 à 15:53

l'echo de ma voix  (1995)

 

tout au fond d'une vallée va, l'echo de ma voix,il s'élance, s'éparpille

je tend l'oreille, l'écout' attentivement

quel plaisir de l'entendre parcourir,  le corps de la vallée

avant de plonger dans un profond silence

qui laisse plac'au vent, à son souffle qui danse

le vent calmement, sifflotte, sans violence

l'echo de ma voix fut magique

  ( déposé à la sacem)

 

 

Lundi 10 septembre 2007 à 15:48

le soir au coin de l'âtre  (1995)

le soir au coin de l'âtre, pétiller de joie

devant les flammes d'une beauté brulante

le soir au coin de l âtre, écouter le son du bois

qui dans sa belle allure lente se consume à petits pas

le soir au coin de l âtre, regarder le feu qui répend sa chaleur

le soir au coin de l' atre, être heureux, avoir le sourire du coeur

le soir au coin de l' âtre, être joyeux

devant les belles flammes du feu

 ( déposé à la sacem)

 

<< Page précédente | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | Page suivante >>

Créer un podcast