Dimanche 9 septembre 2007 à 17:23

du bout des lèvres  (1995)

du bout des lèvres, murmurer quelques mots avec douceur et volonté

du bout des lèvres, offrir en cadeau, de mélodieuses paroles sous l'oreiller

de bon matin, se révéler êtr' un poéte véloce

qui avec agilité, rapidité et belle précision

laisse de coté les mots durs, les mots féroces

pour parler avec tendresse et passion

et glissent des lèvres , comme l'archet sur le violon

la musiqu' et l'amour s'accordent dans le même ton

leurs sourires se font belles complicités

et tendres confidences sur l'oreiller

  (déposé à la sacem)

 

 

 

Dimanche 9 septembre 2007 à 17:05

la notion du temps (1995)

avoir la notion du temps ,la conserver soigneusement

surtout ne pas se perdre , quand souffle le vent ,d'un épais brouillard

avoir la notion du temps,savoir la retenir , quand vient un nuage blanc

qui cherche à la saisir et l'emmener sur son dos

avoir la notion du temps,la garder continuellement

surtout ne pas la perdre , au pays des étoiles

sur un croissant de lune,avoir la notion du temps

toujours au fond de soi même,espèrant  que le souffle du vent

la lune, les étoiles ou le nuage blanc,n'enlèveront pas les vers de ce poéme

 (déposé à la sacem)

 

Dimanche 9 septembre 2007 à 16:34

le vannier (1995)

il travaille avec vigueur, il soigne son travail

durant des heures, assis sur une chaise en paille

le vannier confectionne,des corbeilles , des paniers

dans son travail, il se donne,ses oeuvres sont appréciées

il est précis et méthodique,il n'a pas de gest' apathique

dans son atelier artisanal, le vannier y trouve une ambiance

une ambiance fidèle et idéale

campagnards, campagnardes ou gens de la ville

viennent et s'attardent , devant ses mains agiles

des mains aux gestes minutieux,précises à chaque mouvement

des mains d'un vannier heureux, au grand et précieux talent

les gens achétent ses oeuvres,le récompenseant se son travail

il lui font la preuve ,que son talent est de taille

  (déposé à la sacem)

 

 

 

Dimanche 9 septembre 2007 à 16:26

la faveur (1995)

il vous voit dehors, avec vos ballerines

sur le sol blanc de la colline

vous dansez et tombent les giboulées de mars

vous dansez avec plaisir, autour de vos comparses

avant l'heure de votre départ

il vous demande de votre part

just' une faveur qui comblerai son coeur

si vous pouviez lui accorder , un peu de votre temps

son coeur en serait trés content

naturellement, si vous le choisissiez pour la vie

il n'aurait qu'un seul mot , oui

  ( déposé à la sacem)

 

Dimanche 9 septembre 2007 à 16:21

sourire merveilleux  (1995)

elle a posé son sourire sur mon coeur

et j'ai vu fleurir une fleur

que j'arrose , chaque jour

avec l'eau claire de la source de l'amour

oh! jolie fleur, assise sur mon coeur

ton sourire est merveilleux

(  déposé à la sacem)

 

Dimanche 9 septembre 2007 à 16:18

le chevalier et le démon (1995)

j'eusse été autrefois fort ravi, de ne plus vous revoir

vous laissant pour mort , suite à notre combat

mais à présent , de nouveau , je croise vos yeux noirs

vous étiez sorti de ma mémoire,de cette histoire ancienne

et voici que vos yeux noirs,face aux miens reviennent

affrontons nous , dans le froid de l'hiver

pour un nouveau combat qui vous ménera en enfer

  (déposé à la sacem)

 

Dimanche 9 septembre 2007 à 15:52

l'ami lointain (1995)

que je fusse ravi de croiser ton chemin

oh ! toi , l'ami lointain, l'ami , perdu de vue

l'ami que j'eusse eu , autrefois

quelle joie de te revoir, après ce temps si long

sur ce chemin campagnard, où avec d'autres , nous jouions

le temps , nous laisse de belles histoires, gravées dans nos mémoires

salut, l'ami, poursuit tes pas, salut l'ami, peut être à une autre fois

   (déposé à la sacem)

 

Samedi 8 septembre 2007 à 17:19

aubade du matin , sérénade du soir (1995)

ce matin, je suis là sous votre fenêtre, vous venez de me reconnaitre

vous êtes si belle , dans votre robe dorée, en ce début de matinée

je vous livre , sous votre fenêtre, les vers de l'amour

je suis le poéte qui vous fait la cours

attentive à mes mots,je vous invite pour une balade

enfileriez vous un manteau, j'ai fini mon aubade

tout deux allons marcher, sous ce beau temps parfait

je prendrai soin de vous raccompagner, s'il en est de votre souhait

ce soir , je suis de retour, pour une sérénade d'amour

sous votre fenêtre, vous écoutez mes vers

sous un beau clair de lune, je vois votre sourire

et votre cheveulure brune, ce soir , je vous désire

vous ouvrez , la porte de chez vous, me laissant entrer dans le hall

ce soir ,  ne rendons pas le monde jaloux,jouons juste nos rôles

mon aubade du matin, fut pour vous , émotion

ma sérénade du soir est pour vous un plaisir

tout deux à la fenêtre,nous sommes là , ce soir

vous la belle , moi le poéte, venu vous voir

 ( déposé à la sacem)

 

Samedi 8 septembre 2007 à 17:09

sous un ciel moutonné (1995)

sous un ciel moutonné, je marche le long des grèves

la nuit s'estompe, le jour se lève

sous le ciel breton, couvert de petits nuages blancs

je marche le long  des grèves et fac' au vent

d'encablur 'es encablure, ma balade se poursuit

elle dure , jusqu'à l'approche de midi

courtes distances parcourues, dans la région du Finistère

oh! Cornouailles , je te salue, en parcourant tes terres

pour moi , vient l'instant de partir

ma balade s'achève, je te laisse tes celtics souvenirs

ta jolie mer et ses grèves , au revoir , Finistère

 (déposé à la sacem)

 

Samedi 8 septembre 2007 à 17:02

sous la tonnelle  (1995)

assis sous la tonnelle, le sourire rêveur

je croque une pomme canelle, à l'agréable saveur

sous ce petit pavillon de verdure, je croque , une pomme bien mure

aux abords de la tonnelle , il y'a un grand tonneau en bois

d'où y ruisselle, les gouttes de la rosée qui tombent du toit

un peu plus loin, il y'a le verger

je m'aventure dans le jardin et me faufile entre les arbres fruitiers

déjà , tôt le matin , la fraicheur des fruits est au rendez vous

 

tout au fond du jardin à  l'opposé de la tonnelle

passe un petit cours d'eau

où les vernes se croissent en ses bordures

au bord de l'eau, grandissent , jour après jour

les vergnes , les aulnes embellissent , près de ce cours

de retour, sous la tonnelle je vois des oies, dans le ciel

elles,s'éloignent déjà, poursuivant leur voyage

oh: belles oies aux jolis plumages

je reste sous la tonnelle, j'ai fini cette pomme canelle

les oies sont loin dans le ciel

déjà ; tôt le matin, le ciel est dégagé, en ce début d'été

la saison s'annonce belle

un planeur se laisse pousser,  par le vent

je suis toujours assis sous la tonnelle

je profite du beau temps

  (déposé à la sacem)

 

 

<< Page précédente | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | Page suivante >>

Créer un podcast