Lundi 10 septembre 2007 à 15:42

la tour en ruine  (1995)

c'est une vieille tour en ruine, toute seule , isolée, au sommet d'une colline

ou il y sent bon l'air frais, c'est une vieille tour en ruine, au charme brisé

qu'il vente ou qu'il bruine, elle risque de s'écrouler

même sous le plus beau soleil ,son corps faiblit

avec le temps , elle n'est plus pareille , sa vie

sur cette belle colline, elle va s'éfondrer

la tour en ruine, au sourire caché

plus personne ne s'y aventure, autour d'elle règne le silence

tristes sont ses murs, elle se fera bientôt  absence

c'était une vieille tour en ruine, toute seule, isolée

il reste la colline et il reste l'air frais

 (déposé à la sacem)

 

 

Lundi 10 septembre 2007 à 15:34

le pauvre endeuillé  (1995)

sa bien aimée s'en est allé et le pauvre endeuillé a le coeur qui s'use

sur ce sourire attristé, erre le son des cornemuses

puis vient la lumière, d'un doux soleil

qui le temps de quelques heures, veille

sur cet homme qui ne peut oublier, l'amour de son passé

quand tombe le soir, les cornemuses ne s'endorment pas

elles jouent le bel espoir, pour cet homme qui est là

sa bien aimée, vient de s'éteindre

il rêve de la rejoindre

dans sa lourde peine, il ferme les yeux

et son rêve s'accompli

 ( déposé à la sacem)

 

 

Lundi 10 septembre 2007 à 15:28

aux portes d'avril  (1995)

aux portes d'avril,il y'a la brise du vent

la pluie et le soleil défilent, dans les minutes du temps

aux portes d'avril,la brise d'un petit vent

se faufile dans l'air du temps

aux portes d'avril,l'amour est présent

sur les bancs d'une ville, l'amour a son temps

ke tora d'Erostas aux portes d'Athène

et maintenant , l'amour qui coule dans les veines

    ( déposé à la sacem)

 

 

 

Lundi 10 septembre 2007 à 15:24

ke s'agapo (1995)

 

oh: poéte , musicien, ta poésie s'envient, et défilent tes vers

ke s'agapo, petit poéme d'amour , où je sème des mots,des mots de velours

oh! poéte , musicien, ton poéme est divin, quand avril n'est plus loin

ke s'agapo, à l'infini, quand je caresse tes mots, ma douce poésie

je tremble de bonheur, vois tu vibrer mon coeur

tout seul , discret , pour toi , j'ai de belles pensées

ke s'agapo, à la lueur du jour,ke s'agapo pour toujours

ke s'agapo, quand vient la nuit, ke s'agapo, au delà des mots écrit

   ( déposé à la sacem)

 

Lundi 10 septembre 2007 à 15:16

le plateau de fruits de mer  (1995)

 

le plateau de fruits de mer

les fines bouches , le savoure, quand on leur sert

d'un coup d'oeil , ell' en font le tour

pour ensuite se délecter,, prendr' un réel plaisir, se régaler, jouir

ah! ces belles huitres, ces crabes , ces écrevisses,

ses belles crevettes , quel délice

pour ceux qui aiment, car à mon gout personnel, je préfère

à tout ce beau plateau de fruits de mer

quelques belles tranches de saumon

avec un zeste de citron

et une tartine de pain grillée, quel trio parfait

pour conclure cette poésie

en guise de final, j'ai choisi de dire

que chacun a le choix de l'assortiment des plats de la vie

  ( déposé à la sacem)

 

Dimanche 9 septembre 2007 à 21:36

la jolie robe  (1995)

tu as enfilé ta jolie  robe,

tu es loin des vignes, toi, le vin , que je déguste

pour rien au monde, en cet instant

je ne voudrai que ton parfum se dérobe

ton odeur est si juste

ta panoplie de robe est riche

nombreux , elle aguiche

quelle belle harmonie, tu fais, dans ta robe blanche

quand tu te maries avec le saumon ou la tanche

lorsque tu enfiles  ta robe rouge

quel beau duo, tu fais, avec un tendre boeuf en filet

les connaisseurs apprécient quand tu sors, ta robe d'un ton rosé

oh! toi , le vin au bel éclat, par petites doses nous te buvons

sans abuser de toi , nous te savourons

 ( déposé à la sacem)

 

Dimanche 9 septembre 2007 à 21:25

le parcours des yeux (1995)

je n'emprunterai pas , de chemins sinueux

pour atteindre , le parcours de vos yeux

j'irai tout droit et sans détour

chercher la profonde beauté de votr' amour

je devierai des chemins tortueux , pour éviter le pire

car d'un seul pas je veux , vers vous venir

vous , que je regarde, avec des yeux énamourés

vous,  pour qui mon coeur bat la chamade

oh! son rythme affolé est en pleine cavalcade

d'une habitude bien réeelle ou d'une longue accoutumance

la vie se fera belle, dans vos yeux en confiance

ils sont incontournables,  ils sont irrésistibles

oh! même inévitables , ils sont si infaillibles

oh! je m'y noie , avec plaisir,j'y plonge avec infinitude

car je viens de saisir,l'amour d'une extrème certitude

oh! devant la plénitude de votre regard éblouissant

j'ai atteint le parcours,de vos yeux , maintenant

( déposé à la sacem)

 

Dimanche 9 septembre 2007 à 21:15

la contemplation de la vie  (1995)

la contemplation de la vie ne doit pas mener à l'oisiveté

le temps laisse à chacun , les moyens de libérer ses envies

sans dépasser les limites de la légalité

la contemplation de la vie se fait par le regard des yeux

avec le temps qui fuit,  en tout sens, en tout lieux

ce temps qui va , s'en se retourner

demain , sera t'il meilleur!, aura t'il l'esprit de liberté !, pour tout les coeurs

ce temps qui va , est il  bonheur pour tous  !

ce temps qui va, est  il peur , est il frousse !

les yeux de l'homme contemplent avec  intêret

ce temps qui fredonne pour tous , l'air d'une égale liberté

  (déposé à la sacem)

 

Dimanche 9 septembre 2007 à 17:42

l'écrivain (1995)

précieuses sont ses mains, qu'écrivent couplets, refrains

avec l'ame d'un musicien

il romance à sa façon , l'écriture est sa passion

il est l'écrivain aux douces mélodies

qui riment dans les vers de la poésie

l'écriture est un art, c'est pour lui un plaisir

quand lui vient l'inspiration, il saisit son crayon

au fil des mots écrits, ligne après ligne, il va

s'écoulent les jours de sa vie. L'écriture est toujours là

elle lui permet de puiser les mots

d'un riche et inépuisable vocabulaire

l'écriture est ancrée au fond de sa peau

d'inspirations soudaines , viennent les vers

l'écrivain, dans ses heures solitaires, compose avec concentration

dans ses pensées , il erre, gardant la juste discrétion

il aime se recueillir, quand vient l'instant d'écrire

un soir, un matin , une nuit, quand lui vient l'envie

puisant dans l'entourage de  sa vie et des évenements sur la terre

l'écrivain inscrit , les mots à sa manière

 déposé à la sacem)

 

Dimanche 9 septembre 2007 à 17:29

le moment opportun (1995)

saisir l'instant propice, le moment opportun

pour que je puisse avec vos yeux tout près des miens

choisir ce bel instant, favorable à la chance

A  l'approche du printemps, faire votre connaissance

et, quand les bourgeons fleurissent, nous éprouvons des joies vives

jubilant dans l'amour et la passion , d'un duo qui s'activent

et, loin de ce bel instant , ce moment opportun

je laisse couler le temps , avec vos yeux au fond des miens

  ( déposé à la sacem)

 

<< Page précédente | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | Page suivante >>

Créer un podcast