Vendredi 16 octobre 2015 à 14:30


l'horizon de la plaine  (2011)

Les ailes se souviennent
de scruter l'horizon
l'horizon de la plaine
du haut de leur maison

elles tournaient, autresfois
bien fidèles et vaillantes
par temps chaud , par temps froid
l'allure vive ou bien lente

et les années cheminent
l'horizon est en pleurs
voit un moulin, en ruines
et des ailes, sans sueur

leurs corps tout engourdis
leurs corps qui s'ankylosent
maintenant, aujourd'hui
les ailes se reposent

elles perdent l'horizon
l'horizon de la plaine
regardant le gazon
mais encore, se souviennent

d'un hier en action
selon l'élan du vent
et par quatre saisons
tournaient par tout les temps


(déposé à la Sacem)

Par Arlette le Vendredi 16 octobre 2015 à 18:09
Bonsoir Emmanuel
Un poème que j'ai eu du mal à saisir vu les ailes sur l'horizon...mes excuses.passe une belle soirée
bisous
Par Océanique le Samedi 17 octobre 2015 à 11:34
Les ailes se souviennent
D'un temps de dure labeur
Où le vent étai leur seul moteur.
Où elles tournaient sur la plaine
Bises Troubasour
Par amandine bou le Samedi 17 octobre 2015 à 14:15
jolii emm
Par orelie le Samedi 17 octobre 2015 à 20:48
joli poème
l'on imagine d'un temps passé, les ailes du moulin qui tournaient
Par corinne56 le Mercredi 21 octobre 2015 à 10:43
Qu'il est beau cet horizon poétique Emmanuel. Bisous et belle journée.
Par celiandra le Mercredi 3 février 2016 à 19:34
Un petit coucou en ce début de soirée. Demain je reprends mon blog oublié depuis quelques semaines. bisous tout plein Troubadour et merci pour tes coms qui me font toujours chaud au coeur.
Par celiandra le Mardi 23 février 2016 à 19:18
La page a saute . Désolée donc voici ce que m'a inspiré la chanson du Va troubadour
piré alors si vous le désirez laissez vous emporter

par ses douces mélodies...


piré alors si vous le désirez laissez vous emporter

par ses douces mélodies...



Va troubadour au cœur battant

Va et parcours

De long en large les bourgs

Sous le regard souriant des passants

Traverse les monts, les forêts et les champs

Par tes ballades endiablées

Réveilles elfes, fées. Et korrigans

Qui dansent et rient en te voyant

Va Troubadour

Tout en fredonnant tes ballades

Enjambe les rus Saute le torrent mugissants

Mais sois prudent ne tombe pas dedans

Car Parmi les verts roseaux,

Aux pieds des arbrisseaux,

Ou assise sur un rocher

Une ondine a la silhouette fine

Est peut être ,tout en se contemplant,

En train de se coiffer

Avec un peigne en or ou en argent

Attention de ne pas glisser

Et essaies de ne pas être attirer

Par sa douce mélopée

On ne sait jamais.....

Va troubadour au cœur léger

Mais plein d'amour

À l'encontre des Gens

Et partage avec eux,



bisous tout plein
Celie







Ta sensibilité ainsi que ta bonté
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast