Vendredi 17 juin 2016 à 10:15


La rame et la rime  (2012)

La rime a sa rame
et son canot qui tangue
quand la mer a trop bue

la rame dans la rime
n'a pas le pied marin
elle se perd dans l'ivresse
l'ivresse inattendue
et l'élan maritime

des longs cris de la mer
et ses vagues à l'assaut
un canot de travers
boit la tasse de trop

une rime déclame
quelques mots , en sa langue
sa tirade récite
sa rame continue

le canot retourné
le canot à l'endroit
en son élan pressé

sa tirade finie
d'un acte sur la mer
la rime est silencieuse

et d'un temps qui bouscule
la rame a disparu
son canot a échoué
sur une île inconnue

un petit vent s'agite
sur cette île mystérieuse
des vagues gesticulent
la mer redevient calme

soudain, dans l'horizon
la rame ressurgit
retrouvant son canot

sur cette île, sans nom
un homme, en son écrit
voit l'évasion des mots

(déposé à la Sacem)


http://autresrimes.cowblog.fr/images/cieleclaircie.jpg

Jeudi 9 juin 2016 à 11:29


La filature du temps  (2012)

Toujours en filature
il suit quatre saisons
en manteaux de nature
le temps joue les espions

en habits chauds ou froids
pleinement, il profite
car un an, douze mois
cela s'écoule vite

chaque fois, s'adaptant
aux climats des saisons
ainsi, file le temps
au fil des jours qui vont


(déposé à la Sacem)



http://autresrimes.cowblog.fr/images/cieleclaircie.jpg

Vendredi 3 juin 2016 à 10:48


Monsieur crabe  (2012)

Il s'appelle, monsieur crabe
il tient en ses pinces
d'un drapeau, la trabe
la hampe bien mince

un drapeau aux couleurs
d'un horizon de mer
un drapeau harponneur
du crustacé corsaire

l'aventurier marin
au drapeau trafiqué
d' aquatiques larcins
sur les eaux, il commet

en son bateau pirate
il surgit de nulle part
puis, il fuit avec hâte
au travers des brouillards

emportant les trésors
des grands marchands des villes
quelques objets en or
qu'il entasse sur son ile

ce corsaire crustacé
vole mais ne tue jamais
nombreux veulent l'arrêter
n' y sont pas arrivés


(déposé à la Sacem)



http://autresrimes.cowblog.fr/images/cieleclaircie.jpg

Vendredi 27 mai 2016 à 11:04


La vague silencieuse  (2012)

En sa libre attitude
la vague, nous porte
d'un élan de quiétude
nous promène, au lointain
nous berce et nous escorte
en son monde marin

sa clé de l'océan
nous ouvre l'horizon
du chemin, de la voie
d' l' aquatique plongeon
l'harmonie d'un instant
de nos humaines joies

puis, retour sur la plage
d'une vague en rouleaux
d'une vague en cadeau
d'une vague en radeau
nous portant, sur son dos

douce vague rêveuse
tendre vague joueuse
la vague silencieuse


(déposé à la Sacem)



http://autresrimes.cowblog.fr/images/cieleclaircie.jpg


Vendredi 20 mai 2016 à 11:40


Le pain  (2012)

tendres mies, durs croutons
ou tartines grillées
à chacun ses plaisirs
en des morceaux de pain

car en lui, tout est bon
de quoi se régaler
à chacun, ses désirs
midi,soir et matin

avec juste du beurre
ou autres convenances
ne rien laisser trainer
jusqu' à la dernière miette

A chacun, son bonheur
ses libres préférences
en sucré ou salé
au coeur de son assiette

avec quelques fromages
du pâté,des rillettes
du miel  des confitures

une joie, à tout age
de croquer la baguette
de la tendre à la dure

(déposé à la sacem)



http://autresrimes.cowblog.fr/images/cieleclaircie.jpg


Samedi 14 mai 2016 à 10:59


Lune reine et soleil roi  (2012)

La porte du coeur
respire dans la nuit
des yeux ont fermés
fenêtres et volets

il y ' a la lueur
oh toute arrondie
de la lune pleine
la nocturne reine

la reine éveillée
qui entend ronfler
le roi, qui lui dort
dort, tout en rêvant

le ciel éclairé
par cette rondeur
se met à siffler
contre le ronfleur

mais, le soleil roi
oh ronfle plus fort
l'instant endormit
sans ses éclaircies

éclaircies du temps
d'un matin joyeux
où s'ouvrent des yeux


(déposé à la Sacem)



http://autresrimes.cowblog.fr/images/cieleclaircie.jpg

Jeudi 5 mai 2016 à 14:35


Des amants, sans remord  (2012)

C'est l'instant vestibule
dans l'entrée d'un poème
pour deux être, en accord

c'est le temps préambule
où, l'amour est le thème
d'harmonieux corps à corps

c'est un coeur libellule
d'où s'envole des 'je t'aime'
sous les ailes, grand confort

c'est le temps somnambule
papillon, la bohème
d'un nocturne, dehors

c'est leur temps qui bouscule
rebondit, sur lui même
et parfois se rendort

c'est l'instant, sans recul
d'un présent, sans l' idem
en rebonds, des plus forts

c'est le temps crépuscule
d'où jaillit le suprême
bel élan et ressort

c'est leur temps, où se brule
de l'amour qui se sème
en leurs ailes réconfort

c'est l'instant majuscule
d'un renouveau, sans flemme
aux créatifs efforts

il fera des émules
cet instant, sans problème
des amants, sans remord


(déposé à la Sacem)


http://autresrimes.cowblog.fr/images/cieleclaircie.jpg

Samedi 30 avril 2016 à 10:56


Le cours d'eau montagnard  (2012)

En son corps de vieillard
il a le débit fier
et il maintient sa place
le robuste torrent

Ce cours d'eau montagnard
l'allure irrégulière
voit les saisons qui passent
dans le rythme du temps

de son libre regard
il a son pur bol d'air
au coeur des grands espaces
l'horizon souriant

l'irrégulière allure
il garde belle figure
son temps s'écoule, heureux
en ce montagnard lieu

(déposé à la Sacem)



http://autresrimes.cowblog.fr/images/cieleclaircie.jpg

Dimanche 24 avril 2016 à 10:16


Un lit de rivière  (2012)

C'est un lit de rivière
endormit, jour et nuit
amassant la poussière
qu'un vent, dépose en lui

son corps est asséché
pas d'eau, mais de la pierre
peu d'ombres à ses côtés
mais le plein de lumières

c'est un lit de rivière
où coulait, autrefois
sans torrent, en colère
juste un ru, sans l'émoi

c'est un lit de rivière
bordé d'un drap nature
un joli drap, tout vert
seul, sans sa couverture

(déposé à la Sacem)



http://autresrimes.cowblog.fr/images/cieleclaircie.jpg

Mercredi 13 avril 2016 à 11:26


le paillasson  (2012)

Bonjour, je suis le paillasson
qui est dehors, devant l'entrée
je croise souvent des talons
ou d'autres chaussures et leurs pieds

de leurs passages, oh les coquines
elles grattent, elles chatouillent mon corps
certaines sont douces et câlines
loin des brusques qui frottent fort

y' en a des rustres, des malpolies
qui ne prennent jamais le temps
de caresser mon doux tapis
et créent l'intérieur salissant

par contre, y'en a qui s'attardent
des fatiguées et des flemmardes
j'en vois des neuves et des usées
des inconnues, des habituées

et oui, c'est moi, le paillasson
au seuil de votre habitation
devant la porte de maison
je vous fais mes salutations

mes salutations distinguées
car la retraite est arrivée
des chaussures , j'en ai vu passer
un autre va me remplacer

(déposé à la sacem)


http://autresrimes.cowblog.fr/images/cieleclaircie.jpg



<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | Page suivante >>

Créer un podcast