Samedi 20 octobre 2007 à 10:50

au printemps de la plume  (2003)

au printemps de la plume

que nos vers sont amères, que nos vers sont courtois

nous poètes nous eumes

hier écrit la peine, un autre jour ,la joie

sans masque et sans costume

souvent les mots nous viennent, quand on n' s' 'y attend pas

il n'y' a pas de coutume

aucunes lois qui gènent, il n'y'a rien de tout çà

nos rimes sont éternelles, ell' sont nos souvenirs

notre mémoire fidèle, d'hier à l'avenir

d'un printemps de la plume, aux saisons à venir

nos rimes se consument, mais jamais sans vieillir

c'est elles qui font le deuil, nous voyant disparaitre, nous poètes vieillissants

elles rest'ent en nos recueils,  nous les avons vu naitre, nos plumes en font  serment

mais , nous poètes absents, du haut de nos nuages

nous sommes encore prèsent, quand vous lisez nos pages

  (déposé à la sacem)

 

 

Par tinette le Samedi 20 octobre 2007 à 18:48
j'avais envie de laisser un ptit com. Alors oui j'adore les poèmes qui riment.
Plus difficiles à chercher
Ces mots si profondément trouvés
Au fond de notre coeur
Pour un instant de bonheur
De peur
De malheur
Tous ces moments de notre vie
Qui font que l'on mûris
Même après votre mort
Les gens se souviendront de vous, encore
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast