Samedi 29 septembre 2007 à 15:25

le fleuve (1998)

il coule, sa vie tranquille, à ses défauts débordements

c'est son côté fragile, quand vient la tempête et le vent

il erre,  étend son lit, sur plusieurs kilomètres

le fleuve, loin s'enfuit, dans la mer , il pénètre

inconnu , des rivières, des lacs, des océans

il s'élance dans la mer, par calme ou ouragan

les troupeaux de toutes races, d'une rive à celle d'en face

vienn' et s'abreuvent, de l'eau du fleuve

de cett' eau ou glisse parfois, quelques bateaux en croisière

elle les mène, tout droit , aux frontières de la mer

 ( déposé à la sacem)

 

 

Par le poète le Vendredi 30 janvier 2009 à 15:22
long fleuve tranquile
tu écoules ta vie
vers l'horizon marin
 

Ajouter un commentaire









Commentaire :








Votre adresse IP sera enregistrée pour des raisons de sécurité.
 

<< Page précédente | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Page suivante >>

Créer un podcast